S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Mi’pu’mi Games nous présente leur premier projet The Lion’s Song ; un jeu d’aventure épisodique qui nous amène en Autriche au début du 20ème siècle.

TheLion'sSong1

 

Mi’pu’mi Games, petit studio indé est basé à Vienne. The Lion’s Song s’intéresse à la créativité et à l’inspiration (et au manque d’inspiration surtout). Chaque épisode suit la vie d’un artiste en proie à des doutes, pannes, angoisses (de la page blanche). Gregor Eigner, producteur et co-fondateur du studio nous explique :

« Je pense que tout le monde, au moins une fois dans sa vie, a déjà connu ce moment de doute qui survient lorsque l’on cherche à créer, mais également déjà ressenti de la joie, notamment lorsque les bonnes idées semblent surgir par magie. Dans The Lion’s Song, nous voulons que les joueurs se mettent à la place de ces esprits créatifs qui subissent en permanence la pression du succès »

Ainsi pour ce premier épisode nous retrouvons Wilma, une jeune musicienne talentueuse qui éprouve des difficultés à écrire son prochain grand concert. Son mentor lui propose d’aller passer quelques jours dans son chalet pour qu’elle trouve l’inspiration qu’il lui manque et achève son œuvre. La jeune femme se retrouve seule dans cette habitation grinçante, perdue au milieu des montagnes.

TheLion'sSong2

 

Face à elle-même Wilma peine à trouver l’inspiration, ses démons ressortent, ses angoisses prennent vie dans des cauchemars sombres mais plein de sens. Tout le scénario réside dans les choix que vous allez faire, les actions que Wilma va effectuer comme ses (rares) interactions avec d’autres personnages. J’ai terminé le premier épisode en une cinquantaine de minutes, dubitative au début je dois reconnaître que je suis allée jusqu’au bout. Le thème abordé, celui des artistes, de leur célébrité et de la pression qu’ils subissent est original. On aborde aussi les liens parfois tendancieux entre maître-élève / mentor-apprenti, la notion de libre-arbitre, la quête de l’inspiration, ou encore le rapport à soi-même et ses angoisses… En même pas une heure de jeu on aborde ainsi beaucoup de thèmes différents et on se questionne pour Wilma mais forcément un peu aussi pour nous. On pourrait reprocher sa durée de vie, son manque de consistance ; pour moi il manque quand même un truc, une profondeur. Les graphismes très old school ne m’ont pas paru en raccord avec l’histoire, j’aurai plutôt imaginé des dessins réalistes dans des tons pastels. Mais cela n’engage que moi et pour un premier projet, c’est un bon jeu d’aventure original et prenant.

Retrouvez le premier épisode sur Steam (c’est gratuit)

 

 

A propos de l'auteur

Co-fondatrice de The Gaming Circle. Geekette passionnée, surtout par les RPG (mais pas que). Je joue sur XboxOne, PS4, PC, et vieilles machines. Gueule beaucoup mais ne mord pas.

Articles similaires

Laisser un commentaire