S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Quasiment un mois après la sortie du Playstation VR, Robinson : The Journey arrive avec une promesse. Celle de nous offrir un véritable jeu en réalité virtuelle et non pas une courte expérience comme si souvent proposé. Et quand Crytek nous propose en plus un terrain de jeu peuplé de dinosaures… l’offre semble difficile à refuser. Verdict.

Robinson Crusoé

Robinson : The Journey pour rappel est jouable seulement avec le PSVR. Ce n’est donc pas une option ou une compatibilité. Le titre nous place dans la peau du jeune Robin (étrangement doublé par une voix féminine) échoué sur la planète Tyson III. Notre jeune héros a survécu à l’accident ayant impacté le vaisseau Esmeralda, grâce à une capsule de survie. Commence ainsi son aventure pour tenter de retrouver les autres éventuels rescapés.

robinson_the_journey_screenshot_pod_area_inside

Jurassic Park

Les premiers pas effectués, après l’ouverture de la porte de la capsule, sont assez impressionnants. Le panorama est saisissant et étourdissant. Le joueur se rend vite compte de l’environnement qu’il devra explorer tout au long du jeu. La faune locale est rapidement repérée et les fans de dinosaures seront enchantés! Je vous laisserai d’ailleurs admirer la toute première scène du jeu qui procure un petit instant magique. Crytek oblige, le rendu graphique surprend. Nous avons affaire à un des plus beaux mondes accessibles avec le PSVR, malgré l’aliasing présent et un clipping omniprésent. Comme d’habitude le sentiment d’immersion compense largement les quelques lacunes techniques. La jungle qui habite Tyson III propose des paysages variés grouillant de vie (insectes en tout genre, créatures carnivores…). Je précise que je ne possède pas de PS4 Pro.

Dans Robinson : The Journey, le jeune garçon n’est pas tout à fait seul au monde. Robin est en effet accompagné par HIGS, une intelligence artificielle renfermée dans une sphère (que je trouve un brin trop bavarde). Elle sera là pour nous guider et délivrer quelques bons conseils. Notre petit explorateur a aussi adopté, tranquillement, un adorable petit T-Rex nommé Laika. Elle pourra par exemple pousser un cri et faire fuir d’autres animaux. Robin aura aussi à sa disposition un petit outil lui permettant de déplacer des objets encombrants, ou de scanner les espèces croisées (pour remplir une petite encyclopédie). Cet objet ressemble à s’y méprendre à un contrôleur PS Move.

robinson_thejourney_screenshot_found_higs

C’est donc avec étonnement que je découvre que Robinson : The Journey se joue uniquement avec la Dualshock. L’explication est donnée par le fait que nous contrôlons directement les déplacements de Robin. Il ne s’agit pas de système de téléportation comme dans d’autres jeux VR. Pour les personnes sujettes au motion sickness, attention. On avance , on recule avec le stick gauche. Avec le stick droit, on peut tourner le regard et pivoter sur 360°. Je me demande d’ailleurs si le PS Move Navigation Controller (muni d’un stick et de la croix directionnelle) pourrait être utilisé dans le futur, accompagné d’un PS Move classique. Côté sonore, hormis la voix de fillette dont Robin se dote, le travail effectué est efficace (écouteurs de rigueur bien entendu).

Pour ma part, je suis maintenant totalement habitué à jouer avec le PSVR. Je ne ressens plus aucun gêne (même dans EVE : Valkyrie ou autre). J’ai donc trouvé la vitesse de marche de Robin affreusement lente. Une option permettant de régler la chose aurait été la bienvenue. Il y a de temps de temps des phases d’escalades qui s’intègrent parfaitement. J’avais des doutes concernant la jouabilité lors de ces moments. Pourtant le système de prises avec les gâchettes L2/R2 se révèle intuitif. Ces phrases vous demanderont par contre de lever la tête assez souvent donc prenez soin de votre cou. Pour le reste, le jeu se résumera à une exploration libre avec des énigmes à résoudre. La durée de vie oscillera entre 5h et 6h environ. Ce qui semble plutôt honnête pour un titre VR complet et quand même ambitieux. Le petit froncement de sourcil viendra par contre à la découverte du prix : 59,99€. Un petit trop élevé à mon avis. Certes, il s’agit d’un jeu réussi si on garde en tête son immersion en réalité virtuelle (un petit Jurassic Park virtuel) mais sous une forme plus classique, il aurait perdu pas mal d’intérêt.

Robinson : The Journey propose au final beaucoup plus qu’une expérience VR et nous plonge dans des décors soignés. L’exploration de ce monde, au milieu de dinosaures, procure un réel plaisir. A conseiller pour toute possesseur du PSVR, mais peut-être quand le prix aura baissé un petit peu..

robinson_the_journey_concept_art_pod

 

A propos de l'auteur

Co-fondateur de The Gaming Circle. Rédacteur en chef. Papa Geek.. Toute l'actualité gaming-high tech m'intéresse et je suis pressé de découvrir la réalité virtuelle! Joue sur PS4, PC et PS Vita.

Articles similaires

Laisser un commentaire