S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Exploration du conte ténébreux proposé dans Little Nightmares, dernier titre de Tarsier Studios, équipe qui nous vient tout droit de Suède. Petit ciré jaune de rigueur..

Initialement prévu sous le nom d’Hunger en 2014, Little Nightmares aura pris son temps pour venir pointer le bout de son nez. Il sera officiellement disponible après demain, vendredi 28 avril sur PS4, Xbox One et PC. Cette production indépendante prise sous l’aile de Bandai Namco, nous transporte aux côtés de Six, mystérieuse jeune fille vêtue d’un imperméable jaune. 

Un délicieux cauchemar d’enfant..

L’entrée dans le vif du sujet se fait quasi-immédiatement après le lancement de la partie. Pas de tutorial, pas de longue cinématique pour nous narrer l’histoire. Le joueur assiste au réveil de Six et comprend rapidement qu’il doit l’aider à s’échapper du sinistre lieu où elle se trouve. Pas de temps à perdre. Les différentes images ou vidéos du jeu ne mentaient pas. Dès les premiers instants, la tension est palpable, l’atmosphère est malsaine à souhait. 

Pour fuir, Six n’a pas d’autre choix que de traverser les pièces composant sa vaste prison, qui semble être un navire. Dans cette quête de liberté, point de magie, point de compagnon poilu pour vous aider. La petite fille bien chétive semble faible et ne possède qu’un briquet pour éclairer son chemin dans ce dédale cauchemardesque. Le sentiment d’impuissance se trouve marqué en plus par la taille disproportionnée du monde dans lequel elle progresse. Tout est immense pour Six et il faudra user de la grimpette pour se frayer une échappatoire. Les tâches normalement simples comme ouvrir une porte, constituent pour elle des épreuves. Les animations le soulignent notamment très bien. Comme dans un jeu de plateforme traditionnel, les actions sont plutôt limitées. Notre frêle personnage peut courir, s’accrocher, escalader, tirer ou pousser des objets s’ils ne sont pas trop lourds et s’accroupir. Un panel d’actions suffisant pour faire face à toutes les situations. Les contrôles répondent d’ailleurs au doigt et à l’œil. Tout se joue sur le timing et les réflexes. Les morts viendront souvent d’un « mauvais calcul ». L’espace de jeu ne se contente pas d’un défilement horizontal et le joueur peut également contrôler Six sur la profondeur.

Les énigmes quant à elles, feront légèrement appel à votre cerveau pour vous sortir d’un endroit en apparence sans issue. Dans ce sens, de nombreuses interactions avec les éléments du décor sont proposées. De plus, la variété des endroits traversés n’autorisent pas l’impression de faire toujours la même chose. L’ensemble reste cependant assez simple et on ne reste jamais bloqué bien longtemps. Les phases les plus oppressantes restent les rencontres avec les créatures difformes mais humanoïdes. Six devra ruser et étudier le comportement de ces ennemis pour survivre. Un individu avec des bras quelque peu allongés pourra par exemple l’extirper d’une cachette qui semblait pourtant réconfortante.. Des moments stressants qui peuvent rapidement se transformer en une partie de cache-cache lugubre. Attention au sort réservé à la fillette si elle se fait attraper..

La direction artistique de Little Nightmares est tout bonnement soignée et renforce l’atmosphère glauque du titre. Les sombres environnement visités contrastent parfaitement avec le jaune éclatant du petit imperméable porté par Six. Les jeux de lumière (d’une importance primordiale) sont saisissants et font merveille. Parcourir l’imposant Antre m’a régulièrement amené à me poser quelques questions. Que fait cette petite fille ici? Mérite-t-elle son sort? Que renferme ces portes? Cette pièce enfermant des jouets était-elle un lieu plus joyeux auparavant? Et comme dans la plupart des titres basés fortement sur l’ambiance, le casque ou les écouteurs sont indispensables pour apprécier le sujet. Les silences se font pesants, et le moindre bruit devient rapidement inquiétant (grincements, voix lointaines, les bruits de pas de notre personnage quand elles se retrouve les pieds empêtrés dans une matière gluante..). A noter que le premier moment (terriblement poignant) faisant référence au nom initial du jeu, prendra carrément aux tripes.. Surprise.

Tout cela couplé au fait que nous dirigeons une enfant fragile dans un univers brut, fait ressurgir naturellement nos peurs enfantines : la peur du noir, des monstres venus pour nous enlever, l’angoisse d’être seul et abandonné.. Des émotions qui s’entrechoquent avec la pitié, la tendresse que l’on peut éprouver pour le petit bout de chou joué. L’absence de narration et de dialogue nous oblige à prendre en main Six sans attendre et à vivre son périple à travers ses yeux. Le jeu tourne comme un charme et je n’ai croisé que de rares ralentissements. Par contre, il ne nécessite malheureusement pas de nombreuses heures pour venir à bout de Little Nightmares. Même si on ressent une montée en puissance vers la fin. 5h tout au plus. Cela dépendra de votre côté explorateur (si vous voulez collectionnez les mystérieuses statuettes présentes un peu partout dans les niveaux du jeu). A voir ce que le contenu téléchargeable nous réserve. Il faut savoir que le prix est annoncé est plutôt bas. 19,99€ pour la version de base, 10€ de plus pour l’édition collector. Cette dernière regroupe le jeu, une figurine, un poster, des stickers, une bande-son sur CD et une boîte toute particulière en forme de cage.

Petite pépite

Doté d’une ambiance pesante mais dans le même temps fascinante, Little Nightmares (noyé dans un océan de grosses sorties) est mon petit coup de cœur du moment. Il n’y a pas de réelle occasion de refaire le jeu plusieurs fois mais je vais rester attaché à Six un bout de temps. Un moment à savourer dans le noir, avec un casque et… juste avant d’aller au lit. 

 

 

 

 

 

[DOUCE NUIT..] Test de Little Nightmares sur PS4
Les points positifs
  • Ambiance visuelle et sonore maitrisée
  • Le personnage de Six
  • Prise en main immédiate
Les points négatifs
  • Plutôt facile..
  • Plutôt court..
Ma note : 17/20

A propos de l'auteur

Co-fondateur de The Gaming Circle. Rédacteur en chef. Papa Geek.. Toute l'actualité gaming-high tech m'intéresse et je suis pressé de découvrir la réalité virtuelle! Joue sur PS4, PC et PS Vita.

Articles similaires

Laisser un commentaire