S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Monokuma, principal antagoniste et mascotte de la série Danganronpa , revient faire des siennes. Toujours en forme et accompagné de ses « enfants », l’ours diabolique s’apprête une fois de plus, à torturer l’esprit de 16 lycéens dans le dernier épisode intitulé Danganronpa V3 : Killing Harmony.

Disponible sur PS Vita et PS4, Danganronpa V3 : Killing Harmony reprend la formule de ses prédécesseurs. On y trouve toutefois un nouveau casting et un environnement inédit. Chaque joueur peut alors prétendre au jeu sans avoir goûté aux anciens épisodes. Le personnage principal (?) est cette fois-ci féminin… Kaede Akamatsu se réveille dans un établissement qu’elle ne connaît pas puis rencontre rapidement Shuichi Saihara. Le duo fait ensuite la connaissance de 14 autres jeunes gens. Tout ce joli monde réuni, les protagonistes se rendent compte qu’ils ont été enlevés et qu’ils sont désormais prisonniers dans cette inquiétante école.

Pris au piège

5 Monokubs font leur apparition ainsi que l’attendu Monokuma. L’ours démoniaque et ses « enfants » obligent nos pauvres étudiants à participer à un Killing Game des plus morbides. Pour pouvoir prétendre à la liberté, il faudra tuer un de ses camarades et ne pas se faire confondre lors du tribunal de classe. En résumé, commettre le crime parfait s’avère nécessaire. Si le meurtrier est découvert, il sera exécuté et les autres participants continueront ce « jeu » jusqu’à la survie de deux personnes. En revanche, si un mauvais coupable est désigné, tout le monde meurt sauf le véritable criminel qui pourra couler des jours plus heureux.. Un scénario qui réserve bien des surprises et rebondissements (impossible d’en dévoiler davantage). A noter également que chaque personnage du groupe possède des dons particuliers, chacun dans un domaine précis. Ils prennent ainsi le nom d’Ultimate. Kaede est par exemple, l’ultime Pianiste. Shuichi lui, est qualifié d’ultime Détective. Pour varier le tout, nous trouvons également l’ultime Robot, l’ultime Cosplayeuse, l’ultime Astronaute etc.. Cet éventail de personnages hauts en couleurs forme un bel ensemble ou chacun possède son propre comportement et un caractère bien trempé.

Danganronpa V3 : Killing Harmony reste un visual novel mais il intègre en complément des phases d’action. Il y a bien entendu énormément de lignes de dialogues, c’est inhérent au genre. Mais la construction du titre nous fournit bien plus de dynamisme que dans d’autres jeux du genre. Dans Danganronpa, je n’ai jamais eu l’impression de me retrouver devant un simple livre animé. Les dialogues sont bien rythmés et sont rarement ennuyeux. Les clins d’œil et références sont d’ailleurs légion. Des sujets moraux de sociétés sont aussi évoqués. Les acteurs se montrent expressifs et leur gestuelle est conséquente (là où d’autres jeux peuvent être terriblement statiques). La musique et les bruitages accompagnent aussi de bien belle manière l’action en faisant monter la pression au moment idoine. 

Le déroulement de l’histoire se découpe en chapitres où le coupable du meurtre perpétré doit être désigné pour progresser. Les phases de gameplay se font succéder exploration et temps libre, découverte d’un crime et investigation pour finir sur un procès tenu au tribunal de classe. L’exploration vous permet de fouiller les différentes zones qui composent l’académie. Cette dernière est plutôt large et renferme des pièces ou bâtiments secrets qui se dévoileront au fur et à mesure de votre progression. Les déplacement se font en vue FPS. Ils s’opèrent de manière fluide et la touche « courir » se révèle bien utile et efficace. Les décors sont de haute volée pour un visual novel et on peut noter beaucoup de détails dans les superbes illustrations proposées. C’est pendant ces phases qu’on découvre de plus, la personnalité de nos camarades d’infortune. Chacun appréhende la situation à sa manière et donne son avis sur le plan d’évasion que le groupe essaye de concocter. J’affectionne particulièrement le design des protagonistes. Le temps libre donne le loisir de passer un moment spécifique avec la personne de votre choix. Des liens peuvent se renforcer et toute personne de confiance peut servir de secours dans des situations difficiles.. A côté de cela, des Monokumas miniatures à collectionner sont disséminés un peu partout. Un endroit un peu spécial vous attendra également pour quelques moments de détente..

Les séquences calmes où la tension et la peur du Killing Game se perdent un peu, sont perturbées fréquemment par l’intervention de l’incontournable Monokuma ou de ses Monokubs. Histoire de rappeler que le temps tourne et que le jeu doit se poursuivre. Ils vous prodigueront également quelques bons conseils ou provoqueront les personnages pour méchamment plomber l’ambiance. Danganronpa V3 : Killing Harmony verse dans le plus macabre avec des meurtres (avec en bonus de joyeuses exécutions..) toujours plus fous et plus élaborés. Certes, le sang est rose pour éviter d’heurter les plus sensibles. La découverte d’un cadavre enclenche la phase d’investigation où il faudra récolter des preuves et obtenir les témoignages des personnes concernées. Le joueur devra faire preuve d’observation, de discernement et de mémoire (les infos seront enregistrées dans le Monopad, tablette que tous les participants reçoivent au début de l’épreuve). L’unité affichée du groupe se transforme en quelque chose de plus paranoïaque.

Objection!

La partie la plus dynamique se retrouve dans les procès qui se déroulent dans le Temple du Jugement. Dynamique mais surtout un sommet d’intensité et de nervosité. La mise en scène joue son rôle et l’atmosphère inquiétante tranche nettement avec le reste. Le gameplay des procès s’articule autour de mini-jeux qui permettront au final de désigner le coupable. Et c’est loin d’être de tout repos! Pour venir à bout des audiences, je pense avoir allègrement dépassé l’heure de jeu à chaque fois. Etudier les preuves avant le lancement de l’épreuve en devient un acte loin d’être négligeable. On retrouve bien entendu les Non-stop debates et les Truth Bullets qu’il faudra dégainer au bon moment pour démonter un argument. Nouveauté, le joueur aura aussi l’occasion de transformer une Truth Bullet en une Lie Bullet pour énoncer un gros mensonge parfois nécessaire pour faire progresser les débats. Le Rebuttal Showdown consiste en un duel où vous découpez les arguments de votre adversaire avec un katana avant de donner le coup final avec la bonne « Truth Blade ». Le Mass Panic Debate reprend le principe du Non-stop dabate mais là, on se retrouve devant plusieurs personnes qui parlent en même temps (écran coupé). Les voix et les mots s’entremêlent et la concentration est de rigueur. J’ai également beaucoup apprécié le Debate Scrum qui oppose deux équipes qui ont des opinions divergentes. Plusieurs autres mini-jeux sont présents (une séquence de rythme, un puzzle de lettre, BD du déroulement du meurtre à reconstituer etc..) et rendent cette partie riche et variée. Elle deviendra cependant parfois désagréable si vous manquez de patience. Heureusement, pour vous aider dans la tâche, des compétences peuvent être débloquées et achetées.

Double version

Vous aurez noté que j’ai employé plusieurs termes provenant de la version anglaise des sous-titres. Danganronpa V3 : Killing Harmony propose bien la traduction française, ce qui fera découvrir la série aux joueurs fâchés avec la langue de Shakespeare. J’ai simplement la grande chance d’avoir eu le jeu avant sa sortie et le DLC contenant les sous-titres dans notre langue n’était pas encore disponible (idem pour les voix japonaises). Je peux dire que cela n’a pas diminué le plaisir que j’ai pris en jouant. Jouer en anglais est une formalité pour moi désormais. Par contre, j’ai toujours privilégier les voix nipponnes dès lors qu’elles sont disponibles. Je n’ai pas pu les attendre et j’ai donc effectué ma partie quasi-intégralement en anglais (pour la PS4, les STFR sont intégrés d’office). Le bon point que j’en retiens est le fait que les voix et les textes concordent du coup, parfaitement lors des procès! Ce qui permet de mieux engager certains mini-jeux. Concernant la traduction française, elle n’est pas parfaite (quelques tournures de phrases étranges et quelques mots peut-être mal choisis) mais elle ne déforme en rien le scénario haletant du jeu.

Pour ceux qui possèderaient ou possèderont les deux version (PS Vita et PS4), le cross-save fonctionne de manière optimale. Débuter une partie sur console de salon et la continuer au lit avec sa portable est très simple. Dommage de ne pas avoir proposé de cross-buy mais c’était certainement trop demander.. Mon temps de jeu sur Danganronpa V3 s’est partagé à peu près ainsi : 80% sur la PS Vita et 20% sur la PS4.

Au final, le titre de Spike Chunsoft m’a fortement tenu en haleine plusieurs dizaines d’heures et ça faisait quelques temps qu’un jeu ne m’avait pas procuré autant de plaisir. Contrairement à d’autres visual novels, l’immersion est vraiment appuyée et j’ai été complètement absorbé. Son scénario déjanté mais accrocheur, ses séquences sanglantes, ses dialogues savoureux, délirants et ses procès au rythme effréné font de Danganronpa V3 : Killing Harmony une expérience unique, comme les précédents volets, qui ne plaira pas à tous. Personnellement, je suis pleinement conquis..

 

 

 

 

A propos de l'auteur

Co-fondateur de The Gaming Circle. Rédacteur en chef. Papa Geek.. Toute l'actualité gaming-high tech m'intéresse et je suis pressé de découvrir la réalité virtuelle! Joue sur PS4, PC et PS Vita.

Articles similaires

Laisser un commentaire